http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/peinture-et-sculpture/la-peinture-suisse/johann-heinrich-fuessli/?redirect_url=title%3DTouch-ups

Kunsthaus Zürich

Johann Heinrich Füssli

C’était déjà durant ses études en théologie que, grâce à Johann Jacob Bodmer, Füssli fut introduit à la notion romantique, alors nouvelle, de l’esthétique du génie, visant le fantastique et le sublime: Homère, l’épopée du «Nibelungenlied», Dante, Milton et Shakespeare. En 1770, Füssli arrive à Rome, déterminé à se consacrer à son travail artistique. Grâce à une gestion stylistique très stricte, une application de ressources artistiques rigoureuse et une profonde recherche d’intensification de la tension émotionale, Füssli a réussi à se libérer du charme et de la grâce du classicisme pour suivre une direction dédiée à un mode de représentation plan, fortement conceptuel et anti-naturalistique, et obtient finalement des résultats remarquablement modernes. En 1779, Füssli s’etablissait définitivement à Londres, où cet artiste Suisse réussissait avec son art plutôt excentrique à attirer l’attention et dominait pendant des dizaines d’années et en qualité de professeur la Royal Academy.

Johann Heinrich Füssli (1741–1825)
Titania erwacht, von aufwartenden Fairies umgeben
und in Verzückung an den eselsköpfigen
Bottom geschmiegt, 1793/94
Après: Shakespeare, Ein Sommernachtstraum, IV, 1
Huile sur toile, 169 x 135 cm
Vereinigung Zürcher Kunstfreunde, 1941
Johann Heinrich Füssli (1741–1825)
Titania erwacht, von aufwartenden Fairies umgeben
und in Verzückung an den eselsköpfigen
Bottom geschmiegt, 1793/94
Après: Shakespeare, Ein Sommernachtstraum, IV, 1
Huile sur toile, 169 x 135 cm
Vereinigung Zürcher Kunstfreunde, 1941