http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/provenance/etudes-de-cas/trois-cas-suspects/musik-auf-der-karl-johan-strassededvard-munch/?redirect_url=title%3DBiblioth

Kunsthaus Zürich

«Musik auf der Karl Johan Strasse»
d'Edvard Munch

Edvard Munch
Musik auf der Karl Johan Strasse, 1889
Huile sur toile, 101,5 x 140,5 cm
© Kunsthaus Zürich, ProLitteris, Zurich
Edvard Munch
Musik auf der Karl Johan Strasse, 1889
Huile sur toile, 101,5 x 140,5 cm
© Kunsthaus Zürich, ProLitteris, Zurich

Curt Glaser, directeur de la Kunstbibliothek à Berlin et travaillant aussi au cabinet des estampes de la ville, a écrit la première monographie en allemand sur Edvard Munch et était collégialement lié depuis le début des années vingt à Wilhelm Wartmann, directeur du Kunsthaus, dans l'appréciation de cet artiste norvégien. Déjà vers la fin des années vingt, cet historien d'art d'une grande ouverture d'esprit commença à vendre les tableaux de Munch. Lorsqu'il émigra en Suisse, il déposa une partie de sa collection au Kunsthaus, où déjà en 1922 une importante exposition sur Edvard Munch avait eu lieu.
Glaser fit don au début de l'année 1933 du tableau «Musik auf der Karl Johan Strasse» (1889) à la Galerie nationale de Berlin en mémoire de sa première épouse.
Comme les engagements convenus n'étaient pas remplis par les nazis, il demanda la restitution du tableau et l'envoya en 1939 au Kunsthaus. Ensuite, en 1941, Wartmann se renseigna auprès de Glaser peu avant son émigration en Amérique, s'il était éventuellement prêt à vendre «Musik auf der Karl Johan Strasse» au Kunsthaus. La fixation du prix n'a pas été facile; Glaser, intéressé à héberger le tableau dans un musée, nomma la somme de CHF 15 000, qu'il avait payé lui-même. Entretemps, les conditions du marché s'étaient cependant détériorées et il fut convenu d'un prix réduit de 20%. Comme des recherches approfondies menées conjointement avec le Musée Munch à Oslo ont révélé, le montant payé correspondait parfaitement à la valeur marchande de l'époque. La correspondance obtenue des deux collègues démontre avec quel soin et respect cette acquisition a été traitée.
Deux ans plus tard, Glaser a vendu au Kunsthaus un autre tableau de Munch, et sa veuve après la guerre encore deux autres.