http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/dadaiste/?redirect_url=title%3Dspec

Kunsthaus Zürich

Dadaïste
Projet de restauration et de numérisation

Mouvement artistique et pacifiste légendaire, Dada a joué un rôle capital dans l’histoire culturelle de la ville de Zurich. Dada est né au Cabaret Voltaire, à Zurich, en février 1916, c’est-à-dire à une époque où une guerre acharnée et meurtrière déchirait les nations européennes. Nombreux furent les intellectuels, artistes, opposants à la guerre, révolutionnaires et victimes de persécutions politiques à prendre la fuite et à s’exiler temporairement en Suisse. Zurich, en particulier, servit de refuge à l’avant-garde européenne et devint un lieu de rencontres internationales et d’échanges productifs. Après la Première Guerre mondiale, Dada s’éparpilla aux quatre vents, vers Berlin, Paris et New York, et au cours des années 1920, d’autres mouvances artistiques émergèrent et prirent la relève.

Dada est un chapitre de l’histoire de l’art qui malgré un ancrage historique fort n’a jamais perdu de son attrait: au contraire, il n’a cessé d’être redécouvert par les artistes et le public. Aujourd’hui, Dada fait partie des quelques mouvements artistiques d’envergure internationale ayant vu le jour dans la ville de Zurich, et 2016 sera l’année de son centenaire. De nombreuses institutions de la ville, dont le Kunsthaus Zürich, ont saisi cette occasion pour mettre à l’honneur cette importante contribution à l’art du 20ème siècle et lui rendre hommage dans le contexte actuel.

NUMÉRISATION DES TRAVAUX SUR PAPIER
On trouve des œuvres dadaïstes dans tous les domaines de la collection du Kunsthaus Zürich: dans les peintures et sculptures, dans la collection graphique, la collection photographique, et dans la bibliothèque. Le fonds Dada de la collection graphique et de la bibliothèque contient des travaux sur papier, des lettres, des revues, des tracts, des affiches, des manuscrits et des photos. À l’occasion de cet anniversaire, ces plus de 600 pièces de la collection dadaïste vont être soumises à nouvel examen dans le cadre des réflexions menées par Raimund Meyer, spécialiste du mouvement dada, et qui portent également sur la conservation des œuvres. Ce travail sera réalisé en étroite collaboration avec la restauratrice d’art Jean Rosston et la curatrice Cathérine Hug, l’objectif étant de numériser la majeure partie de ces travaux. Ce projet s’inscrit dans le prolongement du travail de fond réalisé au Kunsthaus Zürich, qui a conduit à la parution de «Dada in Zürich» (Hans Bolliger, Guido Magnaguagno et Raimund Meyer, Sammlungsheft 11, 1985) et «Dada global» (Raimund Meyer, Judith Hossli, Guido Magnaguagno, Juri Steiner et Hans Bolliger, Sammlungsheft 18, 1994).

La numérisation, qui utilise les récentes technologies de scan et s’appuie sur les compétences spécialisées les plus pointues, servira d’une part à faire connaître la collection dadaïste du Kunsthaus Zürich à l’ère virtuelle, et d’autre part, cet objectif étant au moins aussi important que le premier, à protéger les œuvres elles-mêmes. Les opérations techniques de numérisation sont réalisées par la Bibliothèque centrale de Zurich.

RESTAURATION D’UNE SÉLECTION D’OEUVRES
Grâce à la saisie numérique du fonds dada complet que possède le Kunsthaus Zürich, chaque objet individuel peut bénéficier d’une expertise de pointe et d’un examen de son état de conservation. Ces opérations ouvrent ensuite la possibilité de réévaluer les mesures de conservation nécessaires, et de les initier. Du fait de la mauvaise qualité du papier utilisé, qui rend le matériau cassant et entraîne des décolorations, la plupart des originaux sont extrêmement fragiles (voir illustrations 1 à 4). Leur utilisation est donc restreinte, voire impossible dans certains cas critiques. Au fil des mois qui viennent, des œuvres majeures du mouvement dada, très demandées par les musées du monde entier, mais aussi certaines trouvailles choisies vont donc être remises en état afin de pouvoir retrouver la place qui leur revient dans les expositions. Régulièrement, Jean Rosston, spécialiste de la restauration des papiers, rendra compte de ce processus sur ce site.

Ce projet doit sa réalisation au généreux soutien de
Helvetia Assurances,
de la Fondation Ernst Göhner et
de l’Office fédéral de la culture (OFC).

Ill. 1
«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
Ill. 1
«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
Ill. 2
«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
Ill. 2
«Première foire internationale Dada. Exposition et vente de produits dadaïstes», galerie Dr. Otto Burchard, Berlin 1920. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA IV:12 Expl. 2
Ill. 3
Kurt Schwitters, Käte Steinitz et Theo van Doesburg, «L’épouvantail. Conte», Hanovre 1925. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA I:94
Ill. 3
Kurt Schwitters, Käte Steinitz et Theo van Doesburg, «L’épouvantail. Conte», Hanovre 1925. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA I:94
Ill. 4
Kurt Schwitters, Käte Steinitz et Theo van Doesburg, «L’épouvantail. Conte», Hanovre 1925. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA I:94
Ill. 4
Kurt Schwitters, Käte Steinitz et Theo van Doesburg, «L’épouvantail. Conte», Hanovre 1925. Kunsthaus Zürich, n° d’inventaire DADA I:94