http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/auguste-rodin/etape-2/les-retouches/?redirect_url=vtxhejqbeo

Kunsthaus Zürich

Les retouches

Il s’avérait impossible de sauver les patines résidant sous les épaisses concrétions calcaires. Ces surfaces non patinées ont été traités chimiquement avec des nitrates de cuivre et des composée chimiques au soufre de façon à recréer une patine.
Les surfaces rendues vertes par l’effet du temps dans les parties exposées ont été traitées avec de la résine acrylique et des pigments en poudre. La couleur a été appliquée tel un glacis. Avec cette technique, les différentes parties ont pu être jointes optiquement en créant un ensemble global unitaire.

Parties avec patines disparues (Photo: G. Pegurri)
Parties avec patines disparues
(Photo: G. Pegurri)
Parties patinées chimiquement en comparaison (Photo: G. Pegurri)
Parties patinées chimiquement en comparaison
(Photo: G. Pegurri)
Retouche à l’acrylique (Photo: G. Pegurri)
Retouche à l’acrylique
(Photo: G. Pegurri)
Les nitrates de cuivre et les composés chimiques au soufre sont appliqués directement sur le métal brut à l’aide d’un pinceau (Photo: G. Pegurri)
Les nitrates de cuivre et les composés chimiques au soufre sont appliqués directement sur le métal brut à l’aide d’un pinceau
(Photo: G. Pegurri)
Retouches à la couleur acrylique aux endroits affectés par la disparition des patines dû aux filets d’eau de pluie. (Photo: G. Pegurri)
Retouches à la couleur acrylique aux endroits affectés par la disparition des patines dû aux filets d’eau de pluie.
(Photo: G. Pegurri)