http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/?redirect_url=title%3DCommunique%EF%BF%BDs%20%20%2F%2F%2Fcomponents%2Fcom_virtuemart%2Fshow_image_in_imgtag.php%3FmosConfig_absolute_path%3D%2F%2Fimages%2Fstories%2Fex.gif

Kunsthaus Zürich

Fischli / Weiss: «Falsche Götzen»

Projet de conservation

Les «Falsche Götzen» (fausses idoles) font partie de la série «Fieber» (fièvre) du duo d’artistes Fischli/Weiss, série réalisée entre 1983 et 1984. Ces 25 sculptures (environ) de grand format, imposantes, ont été créées en deux étapes pour des expositions à la Galerie Monika Sprüth de Cologne (1983) et à la Galerie Crousel-Hussenot de Paris (1984). Cette œuvre a été acquise en 1984 par les Zürcher Kunstfreunde, peu après sa première présentation à Paris. Parmi les autres œuvres de la série, certaines figurent dans des collections particulières ou publiques, d’autres sont restées propriété des artistes eux-mêmes. D’autres, enfin, n’existent déjà plus.

Les «Falsche Götzen» ont été exposées une seule fois au Kunsthaus. Cette sculpture fragile est par endroits abimée, ce qui est dû pour l’essentiel au transport et aux manipulations. Dans le cadre de la présentation d’installations, projet mené jusqu’en mai 2019 dans la collection du Kunsthaus, cette sculpture va être analysée dans une optique de conservation puis traitée. Certaines de ces opérations seront réalisées sous les yeux du public. L’œuvre sera ensuite exposée.

Pierre taillée?
Ce qui à première vue ressemble à de la pierre est en réalité du polyuréthane, matériau surtout utilisé dans la construction, où il sert d’isolant. Il est plutôt inhabituel de l’utiliser pour une sculpture. Très sensible à la lumière, cette mousse se dégrade rapidement et résiste peu aux pressions et aux chocs: la moindre manipulation représente donc un risque de dégradation de l’œuvre.

Conservation: Pourquoi? Comment?
En sus du nettoyage, de la consolidation, du masticage et des retouches des zones abimées, une bonne partie du projet consistera à optimiser la manipulation et l’emballage existant afin de protéger l’œuvre des dégradations futures.
Pour trouver les matériaux les plus adaptés et les techniques adéquates, on peut s’appuyer sur les avancées de la recherche. Celle-ci porte toutefois plutôt sur la mousse polyuréthane souple, utilisée par de nombreux artistes depuis les années 1960. Les «Falsche Götzen», en revanche, sont faites en mousse polyuréthane dure, ce qui fait que les résultats des tests ne peuvent être transposés à l’identique. Quelques essais préalables sont donc requis. Pour ne pas faire ceux-ci directement sur l’œuvre, la restauratrice utilise un morceau de mousse ayant les mêmes propriétés.
Pour un nettoyage optimal, les salissures sont délogées à sec des couches profondes de la sculpture à l’aide d’un pinceau en poils de chèvre, d’air comprimé à faible pression et d’un aspirateur de musée. Ceci permettra de retirer le voile gris qui s’est déposé sur la sculpture, et d’améliorer sa couleur.
D’autre part, il faudra trouver pour le colmatage des fissures un produit adapté, susceptible d’être retravaillé ultérieurement, et si possible résistant au vieillissement - ce qui ne sera pas aisé compte tenu de la fragilité du matériau, extrêmement sensible aux pressions et aux solvants. Les lacunes dans la couche de peinture devront être refixées et éventuellement retouchées. Il faudra ici garder à l’esprit que la peinture présente une importance esthétique, mais qu’elle a aussi pour fonction de protéger le matériau.

Laboratoire ouvert
La restauratrice en charge de l’œuvre, Stefanie Bründler, expliquera son travail sur place et présentera l’avancée des opérations sur des panneaux d’information. Les visiteurs pourront l’observer au travail tous les mardis entre 10h30 et 15h30, au rez-de-chaussée de la collection. Du 20 novembre au 15 janvier.

Restauratrices: Stefanie Bründler / Kerstin Mürer
Avec le soutien de la Fondation Ernst Göhner

Dans l'atelier de conservation
Peter Fischli / David Weiss
Fausses idoles, 1983
Polyuréthane, 131 x 160 x 134 cm 
Kunsthaus Zürich, Vereinigung Zürcher Kunstfreunde, 1984
Dans l'atelier de conservation
Peter Fischli / David Weiss
Fausses idoles, 1983
Polyuréthane, 131 x 160 x 134 cm
Kunsthaus Zürich, Vereinigung Zürcher Kunstfreunde, 1984