http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/le-processus-de-numerisation/?redirect_url=title%3DBiblioth%C3%A8que

Kunsthaus Zürich

Le processus de numérisation et les défis de la restauration

De janvier à octobre 2015, un total de 473 œuvres Dada ont été scannées – des feuilles isolées, des brochures de plusieurs pages et des livres ainsi que 62 dessins et gravures faisant partie de la collection graphique et de la bibliothèque du Kunsthaus.

Tout d’abord, les œuvres ont fait chacune l’objet d’un examen scrupuleux. Le cas échéant, outre leur recto, leur verso a lui aussi été scanné. En effet, il n’est pas rare que le verso comporte des éléments instructifs sur le plan de l’histoire de l’art et de la technique et des matériaux utilisés: annotations de l’artiste, dessins supplémentaires, remarques et références, esquisses, indications, tampons, vieux numéros ou signatures.

Les œuvres qui n’étaient ni reliées ni encadrées mais simplement déposées dans des cartons à dessin ou protégées par un passe-partout ont pu être numérisées plus rapidement: les anciennes montures ont été en partie retirées pour que la feuille repose le plus à plat possible sur le plateau du scanner. Les œuvres qui avaient gardé des traces de leur ancien encadrement ont dû ensuite subir quelque restauration. Fixations de montage et passe-partouts ont été complétés, renforcés ou remplacés. Ceux-ci servent à protéger les œuvres en évitant le contact entre la surface de la feuille travaillée par l’artiste et, le cas échéant, le verre qui la recouvre ou le carton de protection.

Certains vieux cadres particulièrement remarquables ont été conservés. Les accessoires de fixation d’origine ont été gardés, ou intégrés dans de nouvelles fixations. Des cadres anciens étroits ont dû être légèrement retravaillés par l’arrière, pour y glisser la nouvelle monture adaptée à la conservation. Parallèlement, les vieux vitrages en verre simple ou rayés ont été remplacés par un verre acrylique «Optium» moderne. Ce matériau présente en effet plusieurs avantages: il est antireflet, antistatique, son indice de protection anti UV est élevé et il est nettement moins lourd que le verre de sécurité feuilleté. Mais il est tout aussi solide et permet, à la grande joie des visiteurs, de regarder de beaucoup plus près les œuvres exposées sans être gêné par des reflets.

Les opérations de manipulation et de transport imposent un maximum de précautions. Il faut aussi que les conditions climatiques soient réunies – un certain taux d’humidité de l’air et des températures stables.

La restauratrice Jean Rosston en train d’enlever le cadre d’une œuvre
Photo: Kunsthaus Zürich
La restauratrice Jean Rosston en train d’enlever le cadre d’une œuvre
Photo: Kunsthaus Zürich
Numérisation d’un collage (1919) de Hans Arp
Photo: Kunsthaus Zürich
Œuvre © 2015 ProLitteris, Zurich
Numérisation d’un collage (1919) de Hans Arp
Photo: Kunsthaus Zürich
Œuvre © 2015 ProLitteris, Zurich