http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/necessite-de-la-restauration-vallotton/?redirect_url=title%253DRessources%252Ferrors.php%253Ferror%253D

Kunsthaus Zürich

Félix Vallotton

Nécessité de la restauration

Ce sont essentiellement des problèmes de conservation qui ont imposé cette restauration. Dès les premières mentions du tableau dans les dossiers du Kunsthaus, en 1965, on retrouve des observations telles que «manque d’adhérence», «séparation des couches» ou «écaillage de la peinture».

Ces problèmes d’adhérence avaient entraîné la formation de nombreuses petites lacunes. De plus, la couche picturale se soulevait par endroits, et menaçait de se détacher et de tomber en cas d'ébranlement du tableau, comme cela peut se produire lors d'un transport.

Les travaux de restauration visaient donc avant tout à préserver la substance et à prévenir d'autres dégâts. La peinture a été systématiquement contrôlée au microscope pendant les opérations.


Détail: drap de bain  sur le bord droit du tableau, avec nombreuses petites lacunes
Détail: drap de bain sur le bord droit du tableau, avec nombreuses petites lacunes
Soulèvement en toit, sans adhésion avec la couche du dessous, susceptible de se détacher en cas de vibration.
Soulèvement en toit, sans adhésion avec la couche du dessous, susceptible de se détacher en cas de vibration.
Analyse aux rayons UV: des retouches antérieures effectuées sur une fissure se manifestent par une fluorescence différente.
Analyse aux rayons UV: des retouches antérieures effectuées sur une fissure se manifestent par une fluorescence différente.