http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/necessite-et-objectifs-de-la-restauration-bonnard/?redirect_url=

Kunsthaus Zürich

Pierre Bonnard

Nécessité et objectifs de la restauration

Détail de la «Femme à la robe à pois blancs»: lacunes dues à un manque d’adhérence.
Détail de la «Femme à la robe à pois blancs»: lacunes dues à un manque d’adhérence.

L’état assez délicat dans lequel se trouve le tableau aujourd’hui est en grande partie imputable à la technique utilisée par Bonnard et à la combinaison des matériaux employés. Désireux d’obtenir un fini mat, Bonnard s’est servi d’une peinture à faible proportion de liant, peu brillante, appliquée sur un papier sans apprêt. Le papier a rapidement absorbé le liant contenu dans la peinture, ne laissant plus apparaître que la matière mate voulue par le peintre.

 

 

Détail (photographie en lumière rasante) de la «Femme assise»: soulèvement en toit sans adhérence à la couche sous-jacente. Sans refixage, d’autres lacunes risquent d’apparaître.
Détail (photographie en lumière rasante) de la «Femme assise»: soulèvement en toit sans adhérence à la couche sous-jacente. Sans refixage, d’autres lacunes risquent d’apparaître.

Malheureusement, ce type d’application n’a pas tardé à poser des problèmes d’adhérence. Dans les zones d’empâtement, ou de couches superposées, de petits morceaux de peinture se sont détachés de la couche sous-jacente.

Aujourd’hui, la peinture présente de nombreuses petites lacunes et des fragments de matière ayant tendance à se décoller.

Les opérations, qui seront essentiellement de nature conservatoire, viseront à contrôler la peinture au microscope pour vérifier sa stabilité, et à refixer les parties qui le nécessitent.


Détail de la «Femme à la robe quadrillée»: les nombreuses éraflures constatées sur cette peinture fragile datent de l’époque où les tableaux n’étaient pas encore mis sous verre.
Détail de la «Femme à la robe quadrillée»: les nombreuses éraflures constatées sur cette peinture fragile datent de l’époque où les tableaux n’étaient pas encore mis sous verre.

Au préalable, il faudra déterminer par des tests quel est l’adhésif de refixage le plus adapté, et de quelle manière il doit être utilisé. En effet, ces opérations ne doivent pas modifier l’aspect de la peinture. Il faudra également déterminer si un nettoyage de la surface sera possible. Les opérations de restauration suivantes devront ensuite être discutées par des spécialistes.

Ce site sera régulièrement actualisé au cours de la restauration.