http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/phase-de-projet-1/?redirect_url=title%3DTransportation

Kunsthaus Zürich

Phase de projet 1

Recherche des technologies artistiques appliquées et des techniques de moulage
(octobre 2010 - septembre 2012)

Le début de la Phase 1 exige un aperçu complet des technologies appliquées et de la condition actuelle des œuvres présentes. Bien des informations sautent à l'œil immédiatement, d'autres seulement avec le temps. Certaines œuvres particulières présentent une surface blanche plus ou moins intacte - ces œuvres n'ont pas été coulées mais ont été produites individuellement et peuvent être considérées des pièces uniques. D’autres ont été peintes et puis ont servi de base à des moules.
Encore d’autres œuvres ont retenu une couleur jaunâtre ou brunâtre car elles ont été traités avec une couche de gomme-laque comme agent de démoulage et puis servi  comme base au moulage. Dû à leur taille, quelques-unes de dimensions trop grandes ont été sciées en morceaux pour être moulées en pièces plus petites. Reconnaitre toutes les informations pour ce qu'elles sont avant de pouvoir les interpréter devient donc impératif. Mais pourquoi alors se donner à une recherche complète des technologies appliquées pour ces objets?
Les plâtres étudiés sont originaires directement de l'atelier de Giacometti à Paris. Giacometti continuait à les travailler même après leur achèvement, isolant avec des moulages les phases individuelles de l'histoire de leur formation ou les laissant dans leur état et les considérants des pièces uniques originales. Ces sculptures sont donc porteuses de traces de valeur inestimable.
Peut-être ces traces révéleront par exemple des informations sur la succession des moulages, ce qui serait décisif pour mieux saisir leur rôle dans le travail créatif de l'artiste et sera ainsi un facteur important pour la détermination de leur valeur. 

Des mesures de restauration précipitées pourraient mener à la perte de ces informations pour toujours. Des traces de travail ou des marques de crayon pourraient par exemple provenir de l'artiste et seraient donc à conserver. Un protocole minutieux  de la condition actuelle de l'œuvre d'art et une analyse doit donc forcément avoir lieu avant l'application d’éventuelles mesures de restauration.

En collaboration avec d’autres institutions, comme par exemple la fondation Alberto et Annette Giacometti  à Paris, les résultats seront comparés et placés dans leur contexte approprié. Les conclusions ainsi faites seront montrées dans le cadre d’une présentation intermédiairement comparative, et puis, si possible, rendu accessible à un public plus grand à travers une publication.

Banque de données

Tous les détails, les faits, les caractéristiques répertoriés seront sauvegardées dans une banque de données Filemaker à travers laquelle ils pourront être inter-associés. Ceci permettra une évaluation fiable de tous les résultats compilés.

L'équipe

La recherche et la documentation des sculptures seront effectuées par une équipe au Kunsthaus Zürich. Une commission spécialisée formée de spécialistes en histoire de l'art, de restauration, de techniques de moulages et de plâtre sera aux côtés de  l'équipe principale pour toutes les consultations nécessaires.
Des examens spéciaux comme les analyses des matériaux, les scans en 3D, les tomographies radiographiques seront exécutées par des spécialistes externes. Des informations comparatives entre outre sur la taille, le matériel employé et la structure interne (support en bois ou en métal) seront révélés grâce à l’application de ces méthodes d’analyse qui, on l’espère, permettrons des découvertes bien fascinantes.

Détermination des mesures

Grâce aux conclusions ainsi faites, il sera possible d'entamer la discussion sur les mesures de conservation respectivement de restauration à entreprendre. L’équipe de la commission spécialisée décidera sur le degré d’intervention. Les couches de gomme-laque sont-elles à laisser en qualité de témoins de l’histoire de l’œuvre? Est-il permis de les réduire ou même de les enlever?  Et jusqu’à quel point peut s’avancer le travail de restauration? Et les morceaux de sculptures coupés, sont-ils à respecter ainsi qu’ils se présentent, ou est-ce qu’il conviendrait de les «réunir»?

Buste d’homme sur socle, 1948
Peinture originale
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich
Buste d’homme sur socle, 1948
Peinture originale
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich
Buste de Diego, vers 1964/65
Traces de pinceau originales, corrections en plâtre dans la région de la poitrine
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich
Buste de Diego, vers 1964/65
Traces de pinceau originales, corrections en plâtre dans la région de la poitrine
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich
Femme debout Nr.1, 1956
Couche de gomme-laque, en plusieurs pièces pour le moulage à venir et dommages multiples
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich
Femme debout Nr.1, 1956
Couche de gomme-laque, en plusieurs pièces pour le moulage à venir et dommages multiples
Kunsthaus Zürich / Fondation Alberto Giacometti
© Alberto Giacometti Estate / ProLitteris, Zürich