http://www.kunsthaus.ch/fr/collection/restauration/exemples-pratiques/robert-delaunay/raisons-de-la-restauration/?redirect_url=www.skazkipro.com%2fpartner.php%3fcode%3dZLZV

Kunsthaus Zürich

Raisons de la restauration

Raisons de la restauration

À cause des plaquettes de couleurs craquelées qui se relevaient et qui se séparaient du tableau, et même de pertes de couches colorées en écarts réguliers, cette œuvre a dû être admise aux ateliers de restauration du Kunsthaus Zürich.

Pendant la période de chauffage de l’hiver 2002/2003 des travaux de rénovation ont provoqué un long arrêt du système d’humidification, ce qui a eu comme conséquence un rétrécissement de la toile et des séparations catastrophiques des couches colorées. Des fluctuations de températures et d’humidité atmosphérique relative ont causé des contractions et des distensions du tissu. Les couches colorées étaient soumises à des mouvements qui, dans un tableau de grand format comme celui-ci, ont amené à la séparation de couches.

Problématique

Malgré des premiers efforts de fixation, de nouvelles séparations de couches colorées du support se sont produites, et surtout les parties orange et jaunes en étaient affectées. Ce phénomène, associé à d’autres particularités de nature technique et picturale de ce tableau de Robert Delaunay, nous a motivé à faire entreprendre des analyses auprès de l’institut suisse pour l’étude de l’art à Zurich portant sur  la nature des matériaux employés. Grâce à ces analyses, nous espérions pouvoir apprendre quels liants et pigments avaient été employés à l’origine. Robert Delaunay était un artiste qui se plaisait aux expérimentations. La connaissance de ses choix de matériels, surtout après 1930, renforçait notre intérêt d’en savoir plus.

Les restaurations antérieures

Ce tableau fut restauré en 1979, en 1989, et en 1991. Dans le rapport annuel de 1979 se trouve un rapport sur la restauration et la conservation de ce tableau. Selon celui-ci, déjà à cette époque des surfaces menacées se faisaient visible et furent traitées avec de la cire et une grosse couche de vernis. La cire et une «moche et crasseuse couche de vernis» furent réduites pendant les travaux de restauration du Kunsthaus en 1979 et les plaquettes de peinture craquelées et à peine attachées furent fixées avec BEVA 371, une colle thermoplastique à base de résine et cire. Des zones où la couche de peinture était disparue ont dû être traitées avec du mastic et retouchées. Les zones rouges, jaunes et orange avaient déjà dû être légèrement obscurcies. En 1989 et en 1991 des plaquettes de peinture ont à nouveau dû être fixées avec du BEVA 371.

Les plaquettes de peinture craquelées se détachent de la couche de fond et se soulèvent sur leurs bords. Une fixation est urgemment nécessaire.
Les plaquettes de peinture craquelées se détachent de la couche de fond et se soulèvent sur leurs bords. Une fixation est urgemment nécessaire.
Cette image en lumière fugitive montre la peinture appliquée à la spatule et la couche de peinture qui se bombe.
Cette image en lumière fugitive montre la peinture appliquée à la spatule et la couche de peinture qui se bombe.