http://www.kunsthaus.ch/fr/informations/agrandissement/project/architectureurbanisme/architecture-urbanisme/?redirect_url=title%253DK

Kunsthaus Zürich

Architecture/Urbanisme
Rétrospective

L’année 2006 a donné lieu à des éclaircissements préalables concernant les thèmes de l’urbanisme, de l’architecture, de l’archéologie, de la protection du patrimoine, etc.; en 2007, l’attention s’est fixée sur le thème de la parcelle ainsi que de la préparation effective du concours. Le concours lui-même, lancé au travers d’une invitation publique à concourir pour une pré-qualification, a commencé le 7 avril 2008 par le briefing des 20 équipes sélectionnées (architectes, paysagistes, ingénieurs en génie civil). Le 7 novembre 2008 le jury, sous la présidence de Walter B. Kielholz et la direction du Prof. Carl Fingerhuth, a sélectionné le projet du Bureau d’architectes David Chipperfield Architects, qu’il a désigné comme vainqueur du concours lancé pour l’agrandissement du Kunsthaus Zürich.

Briefing des 20 participants au concours d’architecture

Toutes les équipes participantes venant de Suisse, d’Europe et d’outre-mer se sont rencontrées le 07.04.2008 au Kunsthaus Zürich pour un briefing. Après les allocutions de bienvenue de tous les membres du Comité Directeur - qui ont jeté la lumière sur différents aspects du projet-, les documents furent distribués. Le programme du concours est le document principal obligatoire: il décrit le nouveau bâtiment du Kunsthaus à partir du fond artistique (préambule et chapitre D), donne d’importants renseignements sur les conditions-cadre du lieu (chapitre C) et fixe les points essentiels du processus (chapitres A et B). Son texte a force obligatoire pour la réalisation du concours ; il existe en langues française et allemande. La visite du Kunsthaus, du périmètre du concours et du Heimplatz, ainsi que de la collection Bührle ont parachevé cet événement.

Préambule

Le nouveau Kunsthaus – Vision, Concept artistique, Concept spatial

Le chapitre D développe les réflexions et les exigences du maître de l’ouvrage et futur utilisateur qu’est le Kunsthaus Zürich. La vision artistique et le concept se basent sur l’histoire du musée. En dernier lieu, l’extension du bâtiment est concrétisée dans l’espace. Le chapitre suit en cela l’approche fondamentale du projet: «du fond vers la forme».

Artistic vision and concept | Spatial concept and implementation

Congédiement de deux gymnases/jardins

Le congédiement de deux gymnases sur le terrain destiné à l’extension du Kunsthaus a été nécessaire afin de ménager aux architectes l’espace dont ils ont besoin pour répondre aux exigences complexes du lieu et des tâches qui leur sont assignées. La protection du patrimoine a recouru contre cette radiation de l’inventaire national. Toutefois, sa proposition de construire un musée sous terre ou sur un autre emplacement n’a aucun sens du point de vue de l’exploitation du musée, comme du point de vue urbaniste. Le comité exécutif a pris position à ce sujet dans un communiqué de presse émanant de la Ville de Zurich. En agrandissant le musée, les organisateurs d’expositions et les conservateurs veulent répondre au souhait actuel qui s’est fait jour dans le public et permettre une médiation artistique liant toutes les époques entre elles. Un lien entre le nouveau et l’ancien bâtiment est indispensable si le musée doit jouer un rôle d’utilité publique. Bannir la lumière du jour signifierait rompre avec une caractéristique essentielle des bâtiments construits par Karl Moser, les frères Pfister et Erwin Müller. Les toits de verre restaurés, vieux de près de cent ans, donnent toute sa physionomie au Kunsthaus; qui plus est, les artistes créent à la lumière du jour et nous nous devons, par conséquent, de présenter leurs œuvres dans les mêmes conditions optimales de lumière. Les raisons du choix de la Heimplatz comme emplacement du nouveau musée sont tout aussi claires. Le maintien de plusieurs dépôts ou le transport incessant d’œuvres d’art entre divers lieux de conservation ne sont pas choses rationnelles d’un point de vue économique et représentent des risques considérables du point de vue de la sécurité. L’infrastructure doit être aménagée de telle sorte que des synergies puissent être créées, comme par ex. dans l’utilisation des ateliers ou des ateliers de restauration. Qu’en est-il du point de vue urbaniste? Le plan directeur de l’Ecole Supérieure qui englobe le terrain destiné à l’extension prévoit le maintien et le développement des espaces verts en même temps qu’un accroissement de leur densité. Un jardin d’art fait par conséquent déjà partie du projet ; à l’extrémité supérieure du terrain, un espace approprié a été dûment aménagé entre le musée et l’Ecole cantonale qui est classée monument historique. La réorganisation urbaniste recherchée pour la Heimplatz et l’édification d’une «tour de l’art» visible de loin ne peuvent être réalisées que très difficilement.

Enfin, la Société des Beaux-Arts pense également aux besoins de son public; l’effet physiologique d’espaces souterrains – le sentiment de claustrophobie, la perte du sens de l’orientation – nuisent à l’expérience artistique. Le chemin de la protection du patrimoine mène sous terre, celui de l’art et des hommes appartient à la lumière. Contexte urbaniste: plan directeur de l’Ecole Supérieure L’extension du Kunsthaus s’insère dans le plan de développement du domaine de l’Ecole Supérieure du Centre de Zurich. C’est l’une des premières mesures qui seront mises en oeuvre.

Retour à la Phase II (La Forme)

La Heimplatz avec l’actuel Kunsthaus (bâtiment clair en bas) et l’emplacement du nouveau bâtiment (surface claire en haut)
© 2008 Geomatik + Vermessung Stadt Zürich
La Heimplatz avec l’actuel Kunsthaus (bâtiment clair en bas) et l’emplacement du nouveau bâtiment (surface claire en haut)
© 2008 Geomatik + Vermessung Stadt Zürich
Briefing des 20 participants au concours d’architecture
Briefing des 20 participants au concours d’architecture