http://www.kunsthaus.ch/fr/informations/la-compagnie/?redirect_url=title%3DR%D0%A0%E2%20ac%153%D0%A0%D0%192gleme

Kunsthaus Zürich

Bienvenue

Chères visiteuses, chers visiteurs

Peut-être avez-vous plus d’expérience que moi en matière de pose de première pierre. Quoi qu’il en soit, je peux vous dire que cela fait une drôle d’impression de descendre avec une pelle dans un trou assez imposant pour enterrer dans un autre trou (bien plus petit celui-là!) une sorte de coffret. Qui y restera pour toujours. En tout cas, il est bon que pour la suite de cette cérémonie brève et digne, nous ayons prévu une autre première pierre, que vous pourrez tous voir dans le nouveau Kunsthaus (et pour toujours). Pour notre plus grand bonheur, cette première pierre est une œuvre d’art, un cadeau qu’Urs Fischer nous fait à nous tous. Et qui, dans un premier temps, sera exposé dans le hall d’entrée!

L’an passé, nous vous avons présenté Picabia et Giacometti. Cette année, c’est au tour de Kirchner, qui à première vue n’a pas grand chose à voir avec les précédents. Et pourtant: Kirchner a été lui aussi un phénomène à part parmi les artistes du 20ème siècle. Son nom est indissociablement lié à l’expressionnisme, et pour la première fois en Suisse, nous vous montrerons, grâce à des prêts exceptionnels du Brücke-Museum de Berlin et du monde entier, la phase décisive de son travail créatif réalisé entre 1911 et 1917 dans la capitale allemande et sur l’île de Fehmarn, sur la Baltique. C’est une œuvre multiple, pleine de contrastes abrupts: réverbères blafards, asphalte mouillé, bars bondés et verres d’absinthe vides d’un côté, communauté d’artistes, vie sur la plage et amour libre de l’autre. Dans notre pays, Kirchner est surtout connu pour ses œuvres postérieures à 1917, sa période dite davosienne, mais vous serez surpris de voir à quel point ses débuts ont été impétueux et anticonformistes, et de découvrir le dynamisme avec lequel le 20ème siècle s’est engagé dans la modernité grâce au jeune et bouillant Kirchner.

Des changements ? Il y en a: du fait des travaux de construction de la liaison souterraine avec le bâtiment Chipperfield, le hall d’entrée restera fermé pendant un certain temps. Mais pas de souci, nous saurons toujours vous assurer un accès sûr et pratique à l’art grâce à des solutions transitoires bien étudiées.

Bien à vous,
Christoph Becker

P.S. Ne passez pas à côté du thème éminemment actuel qu’est «L’art et l’intégration». Il recouvre des questions aussi centrales que les migrations, l’art contemporain extra-européen et l’accueil des personnes présentant des besoins spécifiques. Nous lui consacrerons notre journée portes ouvertes du 1er avril.

Christoph Becker
Photo © Severin Jakob
Christoph Becker
Photo © Severin Jakob