L'exposition présente 500 pièces qui révèle comment le légendaire réalisateur italien Federico Fellini créait les scènes et les caractères de ses films à partir de croquis et d’esquisses.

Naissance des personnages par le dessin

Federico Fellini (1920-1993) est l’un des plus grands réalisateurs de l’histoire du cinéma. Des films comme «La strada» (1954), «La dolce vita» (1960), «Amarcord» (1973) et «La Cité des femmes» (1980) sont des classiques qui continuent à susciter de nombreux débats dans le monde de la culture et à enthousiasmer le public. Leurs thèmes renvoient avec évidence à la société italienne, mais aussi aux valeurs occidentales du 20e siècle jusqu’à nos jours. Toutefois, rares sont ceux qui savent que depuis son enfance, Fellini dessinait inlassablement. Il commençait par jeter ses rêves et idées sur le papier sous forme de croquis au feutre, au stylo à bille ou au feutre à pointe fine avant de les mettre en scène sur les plateaux de cinéma, et finalement de les fixer sur pellicule.

Fellini_Filmplakat_Fellinis-Gauner.jpg
Fellini_Signora-del-treno.jpg
Fellini_Casanova.jpg
Fellini_Aufnahme-am-Set_Casanova.jpg
Fellini_Abfahrt-der-Marktfrauen.jpg
Fellini_Studie-einer-Boxerin.jpg
Fellini_Anita-vestita-da-prete.jpg

Si l’on trouve dans cet ensemble des esquisses de certaines scènes, ou des détails de décors, Fellini s’intéressait avant tout aux personnages qui peuplent ses films. Pour développer sa vision des rôles, il utilisait notamment le dessin. Ces croquis rapides lui servaient à donner une orientation à ses idées, mais aussi à les exposer à l’équipe de tournage. Les dispositions artistiques de Fellini, qui fut d’abord caricaturiste et auteur de dessins humoristiques pour la presse, donnaient à ses croquis de cinéma un aspect caricatural marqué, et parfois même grotesque. C’est ce style si caractéristique qui fait de ces esquisses, indépendamment des œuvres cinématographiques auxquelles elles ont conduit, des créations d’une remarquable originalité artistique.

Fellini_Kostuem-Dresden-Casanova.jpg
Danilo Donati Costume de scène pour l’opéra de Dresde, 1976 (Il casanova) Graziano Mandozzi

Importantes collections particulières, extraits de films et accessoires

L’exposition rassemble près de 500 pièces: des dessins, des photographies de plateau et des accessoires provenant directement des tournages. Elle a été conçue par Cathérine Hug, commissaire au Kunsthaus Zürich, en collaboration avec Tobias Burg, qui en a auparavant assuré la présentation au Museum Folkwang de Essen. Le Kunsthaus avait organisé une présentation similaire en 1984, du vivant du cinéaste, et avec sa participation. La majorité des pièces exposées sont des dessins de la collection zurichoise de Jakob et Philipp Keel. À ces croquis s’ajoute une quantité aussi importante de photographies de plateau, en noir et blanc pour la plupart. On pourra également voir des costumes et des accessoires de tournage ainsi que des extraits de films et des bandes-annonces projetés dans la salle qui, associés aux dessins, mettront en évidence la façon dont Fellini travaillait. Les dessins et les photographies témoignent du lien étroit qui existait entre Federico Fellini et les Keel. Beaucoup sont restés inédits jusqu’à présent. Par rapport à l’exposition présentée jusqu’au 20 février au Museum Folkwang de Essen, partenaire de ce projet, celle du Kunsthaus Zürich compte 40 prêts supplémentaires. Ces costumes, accessoires, lettres de casting et objets personnels proviennent de la Fondation Fellini pour le cinéma de Sion, du Musée Fellini qui a ouvert ses portes à Rimini en 2021, et de la collection particulière du compositeur et chef d’orchestre Graziano Mandozzi.

Cette exposition bénéficie du soutien de la Fondation Truus et Gerrit van Riemsdijk et de la Fondation Dr Georg et Josi Guggenheim.

Ill: Federico Fellini, Maria de Sisti en propriétaire de pension, 1972 (Rome), Fondation Fellini pour le cinéma, Sion © 2022, ProLitteris, Zurich

Avec le soutien de: