Les années 1920 sont une décennie d’effervescence sociale, politique et artistique. À aucun autre moment le 20e siècle n’exprime un tel désir de nouveauté.

De Joséphine Baker à Thomas Ruff

Entrée

CHF 23.–/18.– (tarif réduit et groupes)
Entrée gratuite pour les adhérents et les moins de 17 ans. Conseil : Réductions pour séniors (AVS) le mercredi

ORGANISER VOTRE VISITE

À l’attention des groupes

Nous serons ravis de vous accueillir! Pour des raisons d’organisation, l’inscription est obligatoire. info@kunsthaus.ch, +41 44 253 84 84

Des conceptions de l’urbanisme sans précédents apparaissent et les villes croissent à toute vitesse. La répartition classique des rôles dans la société et dans la famille est remise en question et vole en éclats, les minorités défavorisées et opprimées font entendre leur voix. Le quotidien des travailleurs s’améliore et, en même temps, une industrie des loisirs se développe. Ce haut degré d’innovation se reflète directement dans la soif d’expérimentation de tous les arts. Il est frappant de constater que leurs productions n’ont rien perdu de leur actualité et fraîcheur.

Ici, contrairement à d’autres expositions sur les années 1920, des styles comme le Bauhaus, Dada, la Nouvelle Objectivité ainsi que les icônes du modernisme en architecture et en design ne sont pas abordés séparément mais engagent un dialogue et montrent l’hétérogénéité stylistique de ces années de rupture.

Axée sur Berlin, Paris, Vienne et Zurich, l’exposition envisage tous les médias courants à l’époque comme la peinture, la sculpture, le dessin, la photographie, le film et le collage. Elle offre une plateforme à des propositions artistiques moins connues, en particulier féminines. Des artistes contemporains, qui s’intéressent explicitement à l’esthétique et aux thématiques des années 1920, font le lien avec notre présent.

Avec entre autres Kader Attia, Joséphine Baker, Marc Bauer, Constantin Brancusi, Coco Chanel, Le Corbusier et Charlotte Perriand, Dodo, Liam Gillick, Friedrich Kiesler, Paul Klee, Fernand Léger, Jeanne Mammen, László Moholy-Nagy, Piet Mondrian, Alexandra Navratil, Man Ray, Lotte Reiniger, Hans Richter, Mies van der Rohe, Thomas Ruff, Christian Schad, Xanti Schawinsky, Margarete Schütte-Lihotzky, My Ullmann.

Une coproduction réalisée avec les Festspiele Zürich

Commissaire: Cathérine Hug

--

Image ci-dessus:

Marianne (My) Ullmann, Modeste, 1925, Université des arts appliqués de Vienne, collection artistique et archives © Succession Marianne (My) Ullmann

Avec le soutien de: