Salvador Dalí (1904 –1989) découvre le travail d’Alberto Giacometti (1901 –1966) en 1930 à la galerie Pierre, à Paris, et reconnaît dans la «Boule suspendue» la quintessence de l’«objet à fonctionnement symbolique». À la suite de cette exposition, le sculpteur suisse adhère au groupe des surréalistes formé autour d’André Breton (1896 –1966). Giacometti sympathise avec le peintre catalan, avec lequel il entretient un dialogue artistique fructueux. Pour la première fois, une exposition rend hommage à ce dialogue.
Dalí et Giacometti imaginaient tous deux des lieux surréels, et concevaient des jardins et des places. Ils partageaient aussi un même intérêt pour l’univers des objets décoratifs. Afin de retracer leurs échanges, cette exposition concentrée rassemble une série d’œuvres variées relevant de divers genres. Elle propose, pour la première fois, la reconstruction grandeur nature du projet surréaliste de Giacometti intitulé «Projet pour une place» (1933), qu’il convient d’appréhender dans le contexte des intenses échanges artistiques avec Dalí.
Cette exposition a été conçue par la Fondation Giacometti de Paris, et sera tout d’abord présentée à l’Institut Giacometti à Paris. À Zurich, on pourra en découvrir une version modifiée et enrichie. Les œuvres surréalistes majeures de Giacometti provenant de la collection de la Alberto Giacometti-Stiftung, qui sont conservées au Kunsthaus, ne pourront être vues qu’ici.

Ill: Salvador Dalí, Femme à tête de roses, 1935, Kunsthaus Zürich, 1957, © Salvador Dalí, Fundació Gala-Salvador Dalí / 2022, ProLitteris, Zurich

Avec le soutien de: